Qui sommes-nous ?

« CUISINONS ENSEMBLE POUR RESTAURER LE MONDE ! »

Le RECHO – REfuge CHaleur Optimisme – est un projet solidaire mené par Vanessa Krycève, accompagnée par des cuisinières et professionnel·les de la restauration, qui oeuvre depuis 2016 pour un accueil digne des personnes exilées en France et en Europe.

Notre volonté est de faire évoluer les regards sur les personnes exilées en créant du lien entre populations accueillies et accueillantes. Nous prônons une société inclusive et bienveillante, débarrassée de la peur de l’Autre ; une société qui célèbre le vivre-ensemble, la fraternité, la rencontre et qui remet l’humain et l’environnement au cœur de ses préoccupations.

D’après nous, la cuisine est un langage fédérateur universel et le repas partagé est un dénominateur commun intrinsèquement lié à notre condition d’êtres humains. La cuisine est une histoire de mémoire collective, elle est créatrice de bien-être et symbole de convivialité. Elle nous fait asseoir autour d’une même table, dans une relation d’hospitalité. La cuisine restaure les corps et les cœurs, elle permet de rappeler que la richesse naît dans le partage.

Nous savons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais si elle n’existait pas dans l’océan, elle manquerait.
Mère Térésa

La genèse

La crise migratoire que nous traversons est une situation inédite. 2 millions de réfugiés ont afflué massivement depuis 2015, fuyant l’horreur de la guerre et la misère, sur le sol d’une Europe fragilisée.
Il y a eu la photo en septembre 2015 du corps du petit Aylan, 3 ans, rejeté sur cette plage turque…
Il y a aussi eu les attentats du 13 novembre 2015 qui ont bouleversé la France et l’Europe entière. Cette épreuve qui a encore fait grandir la peur de « l’étranger », renforcé l’état d’urgence, le repli sur soi, la fermeture des frontières…
Mais qui a, par ailleurs, renforcé l’esprit citoyen et solidaire de résistance et de résilience. Il y a encore eu cette fois en mars 2016 où Vanessa entendit parler d’un couple de réfugiés syriens : lui est médecin, et elle ingénieure. Ils se sont vus servir de la soupe au porc à dîner dans un centre d’accueil à Cologne, en Allemagne. Ils n’ont rien pu manger, ils font la manche pour pouvoir acheter un dîner approprié à leurs deux jeunes enfants…
Vanessa ne supporte plus d’être le témoin impuissant de ce qu’elle identifie comme une gigantesque crise européenne de l’accueil. L’hospitalité, partout dans le monde, de tous temps, dans tous les pays, même les plus pauvres, passe par la cuisine.
Le RECHO naît de ce désir vital de réparer cet accueil défaillant, cette peur croissante de l’Autre, cette méconnaissance et cette déconsidération de l’Homme réfugié, déraciné, exilé qui a fui la terreur, la misère, la torture et l’horreur, et qui arrive sur une terre inconnue, les mains ouvertes, en demandant l’asile.

12 femmes

 A l’origine du projet, Vanessa Krycève, cheffe cuisinière et comédienne. Elle décide en mars 2016 de mettre son expérience de cuisinière au profit des personnes exilées, pour apporter un peu de REfuge, de CHaleur et d’Optimisme. Elle souhaite réparer un accueil défaillant et prouver que la France, pays de la déclaration des droits de l’Homme sait faire vivre les mots “liberté”, “égalité” et “fraternité”.
Immédiatement, son amie Élodie Hué, cheffe cuisinière comme elle, la rejoint ainsi qu’un groupe d’amies motivées par cet appel à la solidarité. L’initiative prend forme en mai 2016.
Elles se retrouvent bientôt à 12 femmes de 25 à 35 ans, toutes désireuses d’agir pour réparer et réconforter. LE RECHO est né ! Chacune mettra ses compétences et ses réseaux au service du projet. Vanessa, Élodie H, Élodie F., Marie, Laura, Alice, Laurence, Alix, Carine, Marielle, Donia, Maria, se partagent les tâches.
Elles sont cuisinières professionnelles, animatrices, formatrices, profs de cuisine, consultantes, marketing manager, communicantes… D’autres sont artistes interprètes, réalisatrices, actrices, metteuses en scène, profs de théâtre. Ensemble elles décident de se rendre sur les centres et lieux d’accueil de France et d’Europe pour porter un message d’hospitalité et de générosité en invitant les réfugiés et les populations accueillantes à cuisiner ensemble afin de créer du lien social à travers un échange dynamique et joyeux.

La cuisine

La cuisine est un langage universel qui cimente et tient une place fondamentale dans nos sociétés.
Cuisiner ensemble, cuisiner “pour” et se laisser nourrir “par”, ce sont des gestes de confiance totale.
La cuisine telle que nous l’entendons, rassemble, fédère et crée du lien, elle conduit à la rencontre de l’Autre en mettant les humains dans un rapport d’égalité et d’horizontalité. Autour de la table il n’y a que des hôtes.
Le RECHO est un projet ambitieux et avant tout fédérateur. Nous souhaitons ainsi mobiliser différent·es acteur·rices de la profession, dont des chef·fes talentueux·euses et reconnu·es pour affirmer ensemble que notre métier a un rôle politique, social et environnemental à tenir. La cuisine du RECHO est une cuisine de pleine conscience, une cuisine engagée et militante. En veillant à son impact global sur l’environnement de la graine à l’assiette, Le RECHO emploie la cuisine comme levier pour une transition durable, écologique et sociale. Cet engagement passe notamment par la gestion des fluides en cuisine, la revalorisation des déchets et des invendus, par l’utilisation de produits paysans et locaux, issus de l’agriculture durable.

La cuisine et l’alimentation jouent un rôle essentiel dans le développement d’une société vertueuse, plus juste et durable.

 

Un food-truck acheté grâce au crowdfunding

En juin 2016, le RECHO lance une campagne de crowdfunding. En 45 jours, grâce à plus de 600 généreux donateurs, l’association lève 32 582€ et achète son food-truck.
Ce food-truck permet au RECHO de se mettre en mouvement, de se déplacer partout en France et en Europe à la rencontre des populations accueillantes et réfugiées, mais aussi de faire découvrir la cuisine de ses chef·fes partenaires.
Le RECHO est heureux d’intervenir auprès des collectivités, mairies, centres culturels, théâtres, festivals et autres manifestations… depuis sa naissance et en parallèle de ses missions humanitaires de terrain.

Nous croyons en une société inclusive et unie qui regarde la mixité culturelle comme une force pour son essor et une richesse pour son développement.